jepermaculture

recherche d'aliments locaux sains abordables
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les supermarchés au Québec

Aller en bas 
AuteurMessage
Oscar
hyper-motivé-e
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Laval
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Les supermarchés au Québec   Ven 3 Fév à 17:43

En ville, la façon la plus répandue de se procurer de la nourriture, c’est au supermarché. Les grandes chaînes de l’alimentation au détail, en effet, ont pris le contrôle du marché de l’alimentation et ont une grande influence sur notre façon de nous alimenter.

Trois grandes chaînes de distribution occupent plus des trois quarts du marché de l'alimentation au Québec : Loblaws, Sobeys et Métro-Richelieu.

Les Compagnies Loblaw Ltée.
Les Compagnies Loblaw Ltée., dont le siège social est situé à Brampton, en Ontario, est la plus grande entreprise de distribution alimentaire au Canada. Les Compagnies Loblaw Ltée. exploite au Canada plus de 1 000 magasins, notamment Loblaws, Provigo et Maxi & Cie. Loblaw contrôle également George Weston Ltée., l’un des groupes de transformation des aliments et de distribution alimentaire les plus importants en Amérique du Nord, qui fabrique en autres le pain Weston. Les Compagnies Loblaw Ltée. emploie plus de 130 000 personnes et son chiffre d’affaires dépasse les 26 milliards de dollars annuellement.

Sobeys Inc.
Sobeys Inc., dont le siège social est situé à Stellarton en Nouvelle-Écosse, exploite au Canada un réseau de plus de 1 300 magasins sous diverses bannières de détail, notamment IGA, Marché Tradition et Rachelle-Béry. Sobeys Inc. emploie plus de 75 000 personnes et son chiffre d’affaire dépasse les 12 milliards de dollars annuellement.

Métro Inc.
Métro Inc., dont le siège social est situé à Montréal, est un chef de file dans le segment des supermarchés au Québec. Métro Inc. exploite, au Canada, plus de 1100 magasins, allant des supermarchés aux dépanneurs, notamment Métro, Super C, Marché Richelieu et les dépanneurs GEM. Métro Inc. emploie plus de 65 000 personnes et son chiffre d’affaires dépasse les 6,7 milliards de dollars annuellement.

La prochaine fois que vous achèterez chez les détaillants énumérés ici, sachez que vous donnez du pouvoir au grands capitalistes de l'alimentation. Pourquoi ne pas plutôt aller à la fruiterie, boulangerie, fromagerie, charcuterie, poissonnerie du coin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Andrée
Rang: facilitateur
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 40
Localisation : montréal
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Ven 3 Fév à 20:54

Je suis bien consciente de tout cela...Et pourtant, je continue d'acheter des aliments bio de la marque du Président chez Maxi et Cie, en sachant très bien que le bio industriel est aussi polluant que l'agriculture conventionnelle.

Je me donne comme raison que c'est moins cher que d'acheter chez les petits entrepreneurs.

Alors voilà qu'on oublie que l'alimentation est une priorité dans notre quotidien, avec se loger et se vêtir. On met très peu d'argent dans notre budget d'épicerie. C'est rendu une corvée pour certain de faire l'épicerie, et la cuisine.

Retournons à l'essentiel! Prenons plaisir et conscience de ce que nous consommons. Soyons reconnaissant envers tous les petits producteurs bio/artisanal qui prennent soin de la terre et qui se chargent de nous produirent des aliments, sains, locaux et abordables!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie
actif-ive


Nombre de messages : 37
Localisation : Montréal (Ahuntsic)
Date d'inscription : 06/12/2005

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Sam 4 Fév à 10:09

Je fais comme toi Marie-Andrée... J'essaie d'acheter moins de produits bio Choix du Président, mais le Maxi est près de chez moi et leurs tomates bio en conserve sont les moins chères en ville... Par contre, j'ai eu des mésaventures avec leur ligne téléphonique 1-888, je viens de l'écrire sur mon blogue, je vous invite à aller lire ça:

http://estomac.blogspot.com/2006/02/tomates-biologiques-titre-officiel.html

Quant au Metro, aussi près de chez moi, ils tiennent la ligne bio Inari incluant des tomates séchées de Turquie et autres aberrations quand on essaie de manger local! Autre exemple: ils ne tiennent que les canneberges séchées "OceanSpray" américaines, alors que le Québec produit PLEIN de canneberges! Encore là j'essaie d'y aller moins... Mais en même temps je me dis qu'il faut les sensibiliser, alors quand j'y vais j'essaie de parler au gérant de la section concernée pour lui dire ce que je pense...

Lucie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estomac.blogspot.com
Oscar
hyper-motivé-e
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Laval
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Mer 8 Fév à 13:34

Je viens d'écrire ce texte pour le recueil du Projet Aliments d'Ici. J'ai cru que ça pourrait être pertinent de vous le faire lire ici, en primeur :

LES SUPERMARCHÉS

En ville, la façon la plus répandue de se procurer de la nourriture, c’est au supermarché. Les grandes chaînes de l’alimentation au détail ont pris le contrôle du marché de l’alimentation et ont une grande influence sur notre façon de nous alimenter. Se procurer sa nourriture au supermarché ne favorise cependant pas une alimentation saine, locale et abordable. En effet, la domination du marché de l’alimentation par les supermarchés a entraîné la marginalisation ou la disparition progressive des marchés publics, des épiceries de quartier, des fruiteries, des boulangeries, des charcuteries, des fromageries, des poissonneries et de toute une diversité de marchés d’alimentation à échelle humaine.

Les supermarchés ne sont pas une façon saine, locale et abordable de se procurer de la nourriture.

Pas sain

Les produits qui rapportent le plus d’argent aux supermarchés sont les aliments transformés. Les supermarchés profitent de la paresse culinaire de la population. Ils ne font pas qu’en profiter, ils l’encouragent. Contrairement au pain, aux œufs, aux produits laitiers et aux fruits et légumes, les aliments transformés sont impérissables, et n’occasionnent donc que des pertes minimales. Mais nous savons que plus un aliment est transformé, plus il a perdu de sa valeur nutritive et plus il contient d’agents de conservation, deux choses qui nuisent à notre santé. Les aliments transformés nécessitent plus d’emballage, pour leur conservation. La production puis l’élimination de tout cet emballage supplémentaire occasionne une destruction accrue de l’environnement, ce qui est également nuisible à notre santé. De plus, les supermarchés concentrent la presque totalité de la distribution alimentaire d’un quartier dans un seul immeuble, ce qui force les gens à parcourir une plus grande distance pour chercher leur nourriture, le plus souvent en automobile, vu que le petit marché d’alimentation du coin de la rue, accessible à pied, n’existe plus. Cette augmentation de l’usage de l’automobile, additionné à l’augmentation du camionnage du au système de distribution hyper centralisé des supermarchés, cause une pollution atmosphérique supplémentaire qui nuit à la santé de la planète.

Pas local

Les supermarchés vendent bien des fruits et légumes, mais ils n’achètent qu’aux producteurs capables de produire beaucoup au plus bas prix possible, le plus souvent des fermes industrielles étrangères plutôt que des fermes locales plus respectueuses de la terre. Si ça leur coûte quelques cents de moins le kilo, les supermarchés vont préférer vendre des fruits et légumes produits à l’étranger alors qu’ils sont en saison ici. Ces fruits et légumes importés de loin sont moins frais, moins sains et ont coûté de grandes quantités de pétrole en transport et en intrants agricoles pétrochimiques. De plus, contrairement à la production agricole, la transformation alimentaire est très centralisée dans certaines grandes villes. Les supermarchés vendent avant tout des aliments transformés, le plus souvent produits en Ontario ou aux États-Unis. Aussi, en concentrant la distribution dans quelques grands bâtiments entourés de stationnement immenses, et en faisant disparaître les petits marchés d’alimentation de quartier, les supermarchés éloignent la nourriture des gens et favorisent la culture automobile plutôt qu’une saine écologie urbaine.

Pas abordable

Les supermarchés affirment offrir le panier d’épicerie le moins cher. En effet, les supermarchés vendent les produits de « base », ceux dont la nature est invariable et dont les clients ont mémorisé le prix (le pain, le lait, les œufs, le sucre), en dessous du prix de revient pour attirer la clientèle et écraser les petits distributeurs. Cependant, ces produits de « base » sont toujours placés au fond du magasin alors que les produits transformés et à valeur ajoutée, ceux dont les clients n’ont pas de besoin et n’ont donc pas mémorisé le prix, sont toujours vendus plus cher et sont toujours placés entre l’entrée et les produits de « base », puis à la caisse. Les clients doivent donc traverser le magasin deux fois avant de pouvoir payer leurs produits de « base » et sont exposés deux fois à faire des achats impulsifs. Or, c’est avec les ventes de produits à valeur ajoutée que les supermarchés font leur argent. Bien que dans les supermarchés, les produits de « bases » reviennent moins cher, le panier d’épicerie, lui, revient plus cher ! Même les fruits et légumes ne sont pas vraiment moins chers dans les supermarchés. Les prix sont semblables à ceux des fruiteries, mais le produit est souvent moins frais ou plus emballé/transformé. Mis ce qui fait que le panier des supermarchés n’est vraiment pas le moins cher, ce sont les coûts cachés de ce panier. En encouragent la dessous, la culture automobile, la pollution atmosphérique et l’agriculture industrielle, les supermarchés contribuent à la dégradation de notre santé, et cela occasionne des coûts sociaux et environnementaux énormes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie
actif-ive


Nombre de messages : 37
Localisation : Montréal (Ahuntsic)
Date d'inscription : 06/12/2005

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Jeu 9 Fév à 12:04

Oscar, j'ai hâte de lire le recueil après cet extrait!

Je veux juste te rappeler que le lait ne peut pas être vendu à perte, il existe au Québec un prix minimum fixé par la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estomac.blogspot.com
Oscar
hyper-motivé-e
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Laval
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Ven 10 Fév à 17:02

Intéressant !

Est-ce que ce prix minimum s'applique seulement à l'achat par le distributeur au producteur laitier, ou est-ce qu'il s'applique aussi à la vente au détail ? En d'autres termes : même si le distributeur/détaillant achète du lait à un prix fixé par la loi, peut-il quand même le revendre en dessous du prix qu'il a payé au producteur ?

Aussi, de quelle loi s'agit-il, et de quel article ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucie
actif-ive


Nombre de messages : 37
Localisation : Montréal (Ahuntsic)
Date d'inscription : 06/12/2005

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Sam 11 Fév à 1:12

Oscar, je n'ai aucune idée de quelle loi c'est ! Embarassed Je sais juste qu'il y a un prix minimum pour la vente au détail du lait en fonction du pourcentage de gras, que le minimum est plus élevé pour les dépanneurs que pour les épiceries et que ça ne s'applique pas s'il y a un bouchon vissé (?!) (mais c'est toujours plus cher dans ces cas-là...). Je pense que j'ai glâné ces infos au fil du temps dans des reportages de consommation...

Je pense que c'est relié au fait que les agriculteurs ont des quotas (maximum) de production à respecter, donc pour théoriquement leur assurer un revenu décent, vu qu'on les empêche de produire plus, il faut empêcher les prix de tomber. (mais bon en pratique les agriculteurs n'ont pas toujours la vie facile pour autant, et surtout les bio!!!! Malheureusement!) Donc si je ne me trompe pas, les agriculteurs sont payés un prix déterminé du litre aussi. Mais je te conseille de vérifier auprès d'une meilleure source que moi!

J'ai jeté un coup d'oeil au site du gouvernement provincial (à partir du www.gouv.qc.ca) mais je n'ai pas trouvé vite comme ça. Il y a tellement de lois! Et tellement d'organismes! Il faudrait prendre le temps de fouiller ou envoyer un courriel j'imagine...


Dernière édition par le Sam 11 Fév à 13:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://estomac.blogspot.com
Marie-Andrée
Rang: facilitateur
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 40
Localisation : montréal
Date d'inscription : 01/08/2005

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Sam 11 Fév à 8:36

MAPAQ

http://www.mapaq.gouv.qc.ca/Fr/md/Lois/

Sur ce site il y a des lois relatifs aux aliments. Je n'ai pas eu le temps de tout lire...Vos réponses s'y trouvent probablement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel B.
participant-e
avatar

Nombre de messages : 8
Age : 42
Localisation : Ste-Martine (Rive Sud)
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   Lun 26 Fév à 20:37

J'aimerai vous raconter l'histoire d'une petite laitue qui vient de l'une des épiceries mentionnées plus haut par Oscar.

Je saute les étapes de productions, car nous savons que c'est petite salade on été victime d'engrais chimique, pour les herbicides la laitue ne tolère pas très bien. Mais les insecticides attentions affraid , car les petits insectes sont présent touts le long de l’évolution de la laitue, à chaque couche de feuille, en plus ou moins grande quantité. Donc régulièrement de l’insecticide y ai déposé. Le gouvernement d’ira non c’est impossible il y a une réglementation. Mais lorsqu’il y a épidémie dans une pièce de laitue (équivalent à deux pâté de maison) le cultivateur préfère arroser un peu plus et ainsi le client de l’épiceries continuera à acheter sa laitue à la même succursale cheers . Ce même légume est alors coupé par l’un de ces valeureux mexicains, alors qu’elle à été arroser la semaine si se n'est pas la veille. Ainsi l’insecticide continuera de ce Biodégradé dans la boite, mais pour cela il faudra qu’il soit 2 semaines sans être consommé. Suite à tout cela, le tout sera réfrigérer sous vide et ainsi se légume qui est si bon normalement perdra presque tout sa saveur.

Se même client continuera de payé 0.99$ alors que le cultivateur doit la vendre souvent 5.00$ la caisse de 18, soit 0.28$/ch. Mais ou sont passée les 0.72$ restant? Question Ce qui arrive souvent c’est que le cultivateur détruise une partie de sa récolte, car il est plus rentable pour lui de procéder ainsi. Dans le temps de mes grands parents la même caisse coûtait le même prix qu’aujourd’hui, mais les coûts de production étaient beaucoup moindres. Beaucoup de petits cultivateurs sont obligés de vendre leur ferme Shit , car ils ne suffisent pas au marché et ils n’ont pas l’équipement pour livrer dans des délais convenable aux supermarchés.

Ceci n’est qu’un petit aperçu de ce qui arrive dans la vrai vie. Mais n’aillé crainte car tout est réglementé et fait pour le bonheur de tous dans la plus belle des consciences Laughing . Personne de la société ne voit rien et elle ne veut surtout pas changer ses habitudes, sauf Good une certaine minorité qui semble vouloir y voir plus clair. Bad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les supermarchés au Québec   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les supermarchés au Québec
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le jeu du supermarché
» Au supermarché ils vendent des cerveaux ~ Caleb's Relation Ship ?
» course au supermarché du coin [ pv fyre ]
» Le supermarché, le lieu de tous les dangers (libre Young Force)
» mission:retrouver l'enfant perdu au supermarché.Rang D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jepermaculture :: Enjeux entourant les aliments d'ici/ Concerns, issues about local food-
Sauter vers: