jepermaculture

recherche d'aliments locaux sains abordables
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La politique de Santa-Banana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oscar
hyper-motivé-e
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Laval
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: La politique de Santa-Banana   Ven 6 Jan à 11:24

Selon le magazine Terre Unie, la banane est le fruit le plus consommé au monde, elle est aussi la 4e production agricole mondiale, et sa production est contrôlée par des multinationales qui dictent leurs politiques au pays du Sud, ceci au détriment de l'environnement et des conditions de travail des paysans du Sud.

Selon le Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, chaque Canadien-ne a consommé en moyenne, en 2004, 13,84 kilos de bananes contre seulement 10,14 kilos de pommes.

Quelle est notre obsession avec la banane, ce fruit totalement étranger à notre terre, ce produit colonial, ce caprice gastronomique ? Nous ne pouvons plus ignorer le fait que notre consommation de bananes consolide le pouvoir de multinationales corrompues, entraîne l'esclavage des peuples du Sud, favorise la concentration des terres agricoles et l'apparition de monocultures gigantesques dans les Tropiques, entraîne une pollution inouïe due à l'usage abusif de pesticides et au transport par bateau du Sud au Nord...

Personnellement, j'ai banni la banane de mon menu. Ma conscience m'interdit d'en consommer, surtout que j'ai vu mon propre peuple (les Latino-américains) réduit à la misère à cause du colonialisme économique.

Nous produisons un tas de fruits ici : pommes, poires, pêches, nectarines, abricots, prunes, cerises, fraises, framboises, bleuets, canneberges, cantaloups, melons d'eau*, mais aussi raisins, groseilles, cassis, sureaux, et quoi encore ? Je vous l'accorde, notre écosystème nordique produit une variété moins opulente de fruits, et des fruits aux parfums souvent moins exotiques que dans les Tropiques. Mais à mon avis, l'importation de fruits tropicaux détruit la variété de nos récoltes et ces fruits ont un parfum trop prononcé de colonialisme. Je vous engage donc à revaloriser les fruits de chez nous et à encourager du même coup nos agriculteurs, qui en arrachent à cause de la compétition des denrées importées.

Mais pour celles et ceux qui ne veulent pas bannir la banane de leur menu, le magazine Terre Unie propose une solution de remplacement :

Citation :
La solution pour vaincre la dépendance des cultivateurs et des États face aux multinationales de la banane, l’organisme néerlandais Agrofair pense l’avoir trouvée. Son nom? "Oké", une banane "équitable" importée du Ghana et de l’Équateur qui, tout en étant produite dans le respect de l’environnement, permet à plusieurs regroupements de paysans de tirer un plus grand profit de leur culture. Importée pour la première fois en novembre 1996, Oké a facilement atteint 10 % du marché de la banane des Pays-Bas… en un peu plus d’un mois.

Son succès s’explique en partie par l’importante campagne de relations publiques qui a alors été menée. En effet, le jour de l’arrivée des premières bananes au port de Rotterdam, plus de 400 personnes représentant le gouvernement hollandais, les organisations de producteurs et les organisations non gouvernementales étaient présentes sur les quais pour une grande cérémonie. Les images de l’événement ont fait le tour des Pays-Bas le soir même.

Aujourd’hui, la banane équitable est consommée dans une dizaine de pays européens. Son prix? Similaire à celui de la banane courante. Seule différence, l’argent reçu par le producteur – entre 40 % et 80 % de plus que les prix du marché mondial – qui dépasse de loin les quelque 30 ¢ la caisse de bananes (18,4 kg) accordés par les multinationales. Les consommateurs, eux, n’y voient que du feu. Ou presque. La banane équitable étant cultivée biologiquement, elle n’a généralement pas été en contact avec les nombreux pesticides utilisés d’ordinaire par l’industrie pour accroître les rendements de leurs bananeraies et s’assurer de l’aspect homogène et attirant des fruits destinés à l’exportation.

La banane équitable est distribuée au Canada par Pro-Organics, une entreprise ontarienne : http://www.proorganics.com/home.html


*Fruits ou légumes ? En tous cas, ils se mangent comme des fruits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oscar
hyper-motivé-e
avatar

Nombre de messages : 87
Localisation : Laval
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: La politique de Santa-Banana   Mar 24 Jan à 13:51

Extrait de : LES BANANES TOUTES CRUES ! Le coût caché de la production et du commerce des bananes

Citation :
Pourquoi s’inquiéter du prix des bananes?

(...) Cultiver des bananes, tel qu’est la pratique dans les pays du Sud dont le contexte politique est instable ou dictatorial, peut avoir des répercussions désastreuses pour la terre et les travailleurs. Jetez un coup d’oeil sur le tableau ci-dessous pour des exemples de ces effets.

ENVIRONNEMENT DEVELOPPEMENT

- Le déboisement et l’érosion du sol
- L’utilisation très fréquente des pesticides et engrais chimiques
- La perte de sol fertile
- La perte de biodiversité
- La destruction de l’habitat naturel
- La pollution de l’eau et du sol
- La destruction des récifs de coraux
- La dépendance sur la culture d’exportation
- Les grandes bananeraies (plantations de bananes) détruisent les petites fermes
- La dominance des entreprises multinationales
- Moins de récoltes pour la consommation locale
- La mondialisation du commerce décourage le commerce équitable
- L’impact de la culture occidentale sur les arts et les coutumes locales

DROITS DE LA PERSONNE PAIX

- Des conditions de travail et des salaires médiocres pour les travailleurs des bananeraies
- L’impact de l’utilisation des produits chimiques sur la santé des travailleurs
- Le harcèlement des dirigeants syndicaux et de leurs membres
- Le manque de respect du droit d’association des travailleurs (former un syndicat)
- Des travailleurs juvéniles
- Le harcèlement sexuel envers les travailleuses
- La violence contre les travailleurs qui essaient d’organiser des syndicats
- L’assassinat des dirigeants de syndicats
- L’assaut et l’emprisonnement des membres de syndicats qui sont en grève
- La violence pour expulser les petits fermiers de leurs terres
- La participation de United Fruit Co. au renversement violent du gouvernement du Guatemala élu de façon
démocratique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La politique de Santa-Banana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le boulangisme politique de Préval
» Tragédie-comédie des bouffons de la politique en Haiti
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» LA METEO POLITIQUE HAITIENNE ET LE JUDEO VODOU !
» Une nouvelle ou une proposition politique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jepermaculture :: Enjeux entourant les aliments d'ici/ Concerns, issues about local food-
Sauter vers: